Acceuil / Actualités / Le Rwanda en modèle aussi avec le tourisme !

Le Rwanda en modèle aussi avec le tourisme !

Si vous voyagez au Rwanda, il va falloir vous y faire, tout fonctionne parfaitement !!!

Et de l’aéroport jusqu’à la fin du séjour, vous allez découvrir le miracle Rwandais…

À la descente de l’avion à Kigali, vous verrez scintiller au loin les lumières des « mille collines ». Comme un appel irrésistible à faire connaissance avec l’un des pays les plus dynamiques du continent africain. Ici, les formalités à l’aéroport sont simples et rapides.

Vous pouvez immédiatement prendre la route, puisque le trafic y est fluide. Les autoroutes sont goudronnées, la capitale est propre, bien que bouillonnante culturellement. Cerise sur le gâteau, la nature préservée du Rwanda permet de se ressourcer sans être noyé dans une foule de touristes. Car si au Rwanda c’est surtout les gorilles de montagne que l’on vient voir, plus de 20 ans après le génocide, le pays aux mille collines reçoit chaque année 1,2 million de touristes, dont de plus en plus de visiteurs d’affaires.

Kigali, capitale des conférences mondiales

« Le Bureau des congrès sert désormais d’intermédiaire entre les pouvoirs publics et le secteur privé pour développer l’industrie des réunions », souligne Chris Munyao, directeur général de Primate Safari, un tour-opérateur local.

Le Rwanda, l’un des premiers pays d’Afrique de l’Est à s’être doté d’un Bureau des congrès, s’est rapidement imposé comme un leader du marché. Il se hisse ainsi au troisième rang du classement 2016 de l’Association internationale des congrès et conférences pour le tourisme d’affaires en Afrique, derrière l’Afrique du Sud et le Maroc.

Un hôtel "Eco Lodge" au bord du lac Kivu au Rwanda - Crédit Photo Thierry Barbaut - Barbaut.net
Un hôtel “Eco Lodge” au bord du lac Kivu au Rwanda – Crédit Photo Thierry Barbaut – Barbaut.net

En 2015, le Rwanda ressortait au septième rang pour les 39 pays d’Afrique classés, tandis que Kigali obtenait la cinquième place parmi les premières villes du continent accueillant des réunions d’affaires et autres manifestations de ce type. « Le travail du projet G4C avec le Bureau des congrès pour développer le tourisme d’affaires a eu d’immenses répercussions », se réjouit Jean-Louis Uwitonze, directeur général de l’unité d’exécution du projet au ministère du Commerce et de l’Industrie.

Jusqu’à 50 milliards d’euros de revenus pour 2016

Saviez-vous que pour la seule année 1993, le Rwanda n’a compté que 102 touristes ! Depuis le génocide de 1994 au cours duquel 800 000 personnes ont perdu la vie, le Rwanda est loué pour sa stabilité et ses progrès économiques, malgré le régime de fer du président Paul Kagame. « C’est un pays propre, organisé et sûr, qui lutte sans merci contre la corruption.

Nous mettons tout en œuvre pour créer une bonne expérience », détaille Mme Akamanzi. Signe que la métamorphose économique est en cours en 2016, le Rwanda a accueilli plus de 40 conférences internationales, dont plusieurs manifestations de haut niveau comme le Forum économique mondial, le Sommet mondial sur l’investissement en Afrique, mais aussi le Forum africain de l’investissement hôtelier.

Conséquence : le pays a vu une hausse des recettes, qui ont dépassé 37 millions de dollars en 2015 et atteint 47 millions de dollars en 2016. En 2017, le tourisme d’affaires dans le pays devrait rapporter 64 millions de dollars. « C’est le principal intérêt du Bureau des congrès », souligne-t-il. « Il permet aux entreprises privées de se positionner sur le marché du tourisme d’affaires. » s’exclame Chris Munyao.

D’innombrables projets sont en cours de réalisations, et  verront le jours bientôt !

Désormais, Kigali compte 3 400 chambres d’hôtel moyen et haut de gamme pour les délégations.« À part le Rwanda et l’Afrique du Sud, rares sont les pays d’Afrique à faire appel à un bureau des congrès pour mettre directement en contact les entreprises et les opérateurs privés », déclare Adja Mansora Dahourou, chef d’équipe du projet au groupe la Banque mondiale et spécialiste senior du secteur privé. « Le Bureau a également mis sur pied une équipe de recherche pour constituer une base de données et estimer la durée de séjour des délégations, les sommes dépensées et l’impact préalable et postérieur à cette initiative sur toute la filière, afin de mieux cibler les efforts à l’avenir. »

Selon Patience Mutesi, directrice-pays de Trademark East Africa, « ces projets sont vitaux pour ouvrir l’économie rwandaise et réaliser les objectifs de transformation ». Mais, rappelle-t-elle, « toute la difficulté consiste maintenant à s’assurer que la demande est suffisante pour assurer la rentabilité des investissements structurels. »

A propos Thierry Barbaut - Stratégie numérique - Expert Afrique

Thierry Barbaut - Stratégie numérique - Expert Afrique
Développement stratégie numérique - Expert Afrique - Ecosystème NTIC. - Consultant et rédacteur www.info-afrique.com - www.financeafrique.com & www.afriquetechnologie.com